WFPHA Banner

Bulletin d'information de la FMASP 12 - 2012

Edition spéciale dédiée à la Francophonie

Publiée en Décembre 2012

Dans ce bulletin d'information:

1. Le Mot du Président de la FMASP

2. Le Mot de la Directrice du Secrétariat de la FMASP

3. Le Mot du Président de la Fédération Africaine des Associations de Santé Publique

4. Nos Membres francophones

5. Communication aux Membres

-----

1. Le Mot du Président de la FMASP

Quelques mots du Président de la Fédération mondiale des associations de santé publique

Bienvenue à cette édition spéciale du bulletin français de la Fédération mondiale des associations de santé publique. Ce bulletin aidera à créer des liens entre les associations francophones de santé publique, à promouvoir l’implication de ces associations dans les activités de la Fédération et à faciliter le partage de leurs expériences et réussites, ainsi que des défis et enjeux de santé publique auxquels ils font face.

Je vous souhaite bonne lecture. Je vous encourage à nous faire part de vos commentaires et de vos suggestions.

J. Chauvin, président 2012-2014

2. Le Mot de la Directrice du Secrétariat de la FMASP

Le Bureau de la Fédération mondiale des associations de santé publique à Genève.

Depuis sa création en 1967 la Fédération mondiale des associations de santé publique (FMASP) avait son siège principal à Washington, hébergé par l’association américaine de santé publique. Lors de l’assemblé général en 2010 la FMASP a pris la décision de transférer ce bureau à Genève. Cette décision fut motivée par plusieurs raisons: Genève est aujourd'hui un centre majeur dans le domaine de la santé publique. La ville est le siège de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), elle accueille également la plupart des nouveaux acteurs du domaine, tels que l’Alliance GAVI ou le Fonds Mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme. Le travail de lobby et de plaidoyer, parmi les tâches principales de la FMASP, se fait plus facilement en étant sur place. Le travail de réseautage, également important pour notre association peut se faire plus facilement dans un environnement comptant plus de 200 ONGs actives dans les domaines de la santé.

Le bureau de Genève se situe dans les locaux de l’Université de Genève à l’Institut de médecine sociale et préventive. Le professeur Bettina Borisch s’occupe de la direction des activités. Elle est par ailleurs professeur à la faculté de médecine, anatomopathologiste de formation et spécialiste de santé publique, active dans des domaines qui touchent au cancer dans sa globalité dès sa biologie vers les groupes de soutien des patients atteints de cancer.

Elle est parfaitement secondée par le Dr Marta Lomazzi, qui s’occupe de l’évaluation des activités en santé publique (actuellement des Objectifs du Millénaire pour le développement), des Membres et de la communication de la Fédération, et par Laetitia Bourquin, biologiste de formation, qui s’occupe des finances, de la coordination avec l’OMS, de la gestion des réunions virtuelles ainsi que des réunions annuelles et de la coordination du congrès trisannuel.

Le bureau de Genève coordonne les activités de la FMASP, supervise et soutient les actions menées par la Fédération et maintient les relations avec l’OMS et gère les activités qui en découlent.

Nous travaillons aussi en étroite collaboration avec le bureau régional à Beijing ainsi qu’avec la Fédération  Africaine des Associations de Aanté Publique et son bureau à Addis Ababa. Les liens étroits avec l’EUPHA (Association Européenne de Santé Publique) existent depuis le début.

tl_files/wfpha/images/slider/about.jpg

De gauche à droite: L. Bourquin, B. Borisch et M. Lomazzi

tl_files/images/Newsletter 2012/December-FrencEdition/villa_friedheim.jpg

Le siège du Secrétariat auprès de l’Université de Genève.

Ce bulletin d'information permettra, nous l'espérons, le rapprochement de nos membres francophones, le partage d'expériences aussi riches que variées, ainsi que la création de possibles synergies.

3. Le Mot du Président de la Fédération Africaine des Associations de Santé Publique

1.Naissance d’un pilier pour une révolution en santé en Afrique

La naissance de la Fédération Africaine des Associations de Santé Publique (FAASP)  est le résultat de la conjugaison de plusieurs facteurs:

-l’appui constant de l’Association canadienne de santé publique qui a soutenu de façon remarquable la plupart des associations de santé publique en Afrique, tant au plan financier que technique. Cet appui a conduit à la création d’un deuxième facteur, à savoir,

-la jonction entre deux réseaux d’associations de santé publique, l’une en Afrique anglophone et l’autre en Afrique francophone,

-l’accompagnement du Directeur Régional de l’OMS pour l’Afrique.

Il faut signaler, de prime abord, que les premières associations nationales de santé publique ont vu le jour dans les années « 70 » dans les pays anglophones de l’Est africain, notamment en Ethiopie, au Malawi, en Ouganda, aux Seychelles et en Tanzanie. Ainsi, en 1995 fut créé le premier réseau d’associations nationales de santé publique, la « East, Central and South African Public Health Associations (ECSAPHA) ». Il a fallu cependant la naissance, le 27 Avril 2007 à Ouagadougou, du Réseau des Associations de Santé Publique d’Afrique Francophone (RASPAF), pour susciter un certain dynamisme au niveau d’ECSAPHA. En effet, à la faveur de la création du RASPAF, des liens de partenariat se sont développés entre les deux réseaux dans le but d’élargir leur influence en vue de créer un réseau panafricain des associations de santé publique. Dans la recherche des meilleures stratégies possibles pour accélérer la création d’un réseau panafricain, la rencontre avec le tout nouveau Directeur Régional de l’OMS pour l’Afrique (AFRO), le Dr Luis Gomez SAMBO, a été de prime importance.

Dès la rencontre fortuite en Juin 2005, alors qu’il effectuait une visite officielle au Burkina Faso, le Dr Luis Gomes SAMBO rechercha toutes les opportunités possibles pour manifester son soutien au mouvement de santé publique naissant qu’il considérait comme un moyen de relayer les préoccupations de l’OMS auprès des décideurs des états africains.

Le premier forum des associations africaines de santé publique a pu se tenir à Durban en Novembre 2009, grâce à l’appui financier de l’Association américaine de santé publique. L’OMS  apporta son soutien à l’initiative de créer une Fédération à travers le représentant personnel du Directeur Régional de l’OMS. En Novembre 2010, en marge des travaux de la conférence des Ministres de la santé sur l’environnement à Luanda, le Dr Luis Gomes prit l’engagement de faciliter la création de la Fédération lors du 61ème Comité Régional de l’OMS qui devait se tenir à Yamoussoukro en Côte d’Ivoire. Le pari fut tenu et 35 personnes représentant 30 pays africains, créèrent la Fédération Africaine des Associations de Santé publique (FAASP).

La composition du premier comité exécutif de la jeune fédération reflète la pluralité linguistique et raciale du continent.

-Le président, Dr. Somé Mathias du Burkina Faso,

-La vice-présidente, Dr Flavia Senkubuge d’Afrique du Sud,

-La Secrétaire, Dr. Tewabech Bishaw d’Ethiopie,

-Le Chargé de plaidoyer, des relations publiques et de la communication, Dr Blibolo Auguste Didier de Côte d’Ivoire,

-Le Chargé des politiques et programmes, Mr. Dominique Kondji Kondji du Cameroun,

-Le Responsable du Département Scientifique chargé de la recherche et des publications, Pr Zoughailech Djamel d’Algérie,

-Le chargé du renforcement des capacités, Dr. Deogratias Sekimpi, d’Ouganda,

-Le Responsable du Département des Affaires Administratives et financières, Mr. Armando Manusse de Mozambique du Mozambique, qui désista par la suite en faveur de Marion Subah du Liberia.

tl_files/images/Newsletter 2012/December-FrencEdition/FAASP3.jpg

Photo des Membres Fondateurs

Le Congrès constitutif décida d’implanter le siège de la FAASP à Addis Ababa qui abrite également le siège de l’Union Africaine. Pour contacter la FAASP, cliquez ici.

2.La jeune Fédération face à des défis qui n’attendent pas

La première tâche du Comité Exécutif était de mobiliser les associations africaines de santé publique en vue d’une participation quantitative et qualitative au 13ème Congrès de la Fédération Mondiale des Associations de Santé Publique (FMASP) qui se tenait à Addis Ababa en Avril 2012, et ce pour la deuxième fois depuis le Congrès de 1997 à Arusha en Tanzanie. Pari réussi, car, pour la première fois, les participants provenant du continent dépassèrent le nombre de 500 personnes. Le Congrès fut l’occasion de définir les grands axes des actions futures de la FAASP à travers sa note de stratégie adoptée à cette occasion. Ces grands axes sont:

-Le renforcement de la visibilité et de la crédibilité de la Fédération,

-Le renforcement des capacités des associations nationales de santé publique,

-La promotion de la recherche en soutien à la santé publique,

-La promotion de la communication et les échanges d’expériences entre ASP,

-La promotion du partenariat avec les institutions africaines et internationales.

Un plan d’action pour la période 2012-2015 vient d’être adopté, avec comme actions prioritaires:

-Le renforcement du secrétariat de la Fédération,

-La préparation du premier Congrès de la Fédération prévu pour se tenir à Captown (en Afrique du Sud) en Septembre 2013,

-Le renforcement des associations nationales de santé publique.

3.L’importance d’un partenariat stratégique

Pour relever ces défis le Comité Exécutif a pris l’option de bâtir et de consolider un partenariat stratégique avec les acteurs suivants:

-L’OMS avec, à sa suite, les autres agences du système des Nations Unies,

-La Fédération Mondiale des Associations de santé publique,

-La Commission de l’Union Africaine, les organisations sous-régionales d’intégrations.

Les échanges avec les Associations de Santé Publique plus expérimentées d’autres continent est une source inépuisable d’inspiration et d’impulsion d’une réelle dynamique au niveau des associations membres de la Fédération.

tl_files/images/Newsletter 2012/December-FrencEdition/FAASP2.jpg

Photo des Membres du Comité Exécutif Fédéral avec le Président de la Fédération Mondiale des Associations de Santé Publique (2010-2012).

4. Nos Membres francophones

Algérie - Société Algérienne de Santé Publique

Principales actions

Présentation

Société savante non gouvernementale, créée à la suite du premier Congrès national de santé publique que nous avons organisé en juin 1999 avec le soutien de l’O.M.S. Cette association nous a permis d’adhérer au mouvement associatif national, et de diriger et faire financer certaines actions de prévention.

1.Les axes stratégiques

Axe Information, communication, animation et mobilisation

Objectif: Stimuler la mise en place et l’encadrement des associations nationales  (ONG) impliquées dans les activités de santé publique.

Actions:

Participation régulière à la préparation et à l’organisation de journées d’information

-Avec les jeunes encadrements de club de santé autour de campagnes d’information d’éducation et de communication (I. E. C) sur le VIH/SIDA, le Tabagisme, la toxicomanie et la violence (démarche jeunes pour jeunes),

- Avec les femmes (prévention du cancer du sein). Initiateur avec les collectivités locales de la ville de Constantine d’un projet de dépistage des cancers et mise en place du premier centre d’information de dépistage et d’orientation du cancer du sein dans la région de Constantine (CIDO),

-Elaboration de supports d’information: bulletins, affiches, de prospectus,

-Animations d’émissions radio, de conférences.

2. Axe Formation, Expertise et Recherche en santé publique

Objectifs:

-Promouvoir et encourager la formation en santé publique, en intervenant dans la dispensation des cours de méthodologie,

-Favoriser la mise en place de réseaux thématiques de recherche en santé publique.

Actions:

-Intégrer la SASP à des réseaux d’informations et de formation en Santé publique.

-Creation et animation du Forum de la SASP, riche en informations et échanges à ce jour et qui regroupe les professionnels de la santé et autres des pays du Maghreb et de l'autre rive de la Méditerranée.

3. Coopération

Objectifs:

Promouvoir la coopération et la collaboration.

Actions:

-Dans le cadre d'une convention de partenariat avec la SFSP (Société Française de Santé Publique) signée en 2005, organisation de seminaires de formation en Communication medicale et scientifique (Redaction medicale, utilisation de SPSS/EPI INFO, initiation à la regression logistique et à l'étude de la survie...). Chaque seminaire a réuni plus de 50 participants (HU, residents, medecins de santé publique...).

  • Annaba 2005
  • Sidi Bel Abbes 2006
  • Sidi Bel Abbes 2007
  • Oran 2008
  • Constantine 2009
  • Bechar 2009
  • Annaba 2010

4. Participation à l’animation scientifique et technique par l’organisation de journées nationales et internationales

Nous avons participé à l’organisation des journées scientifiques suivantes:

  • 1ére et 2éme journée d’étude sur le profil de santé de l’enfant d’âge scolaire (1986/1988)
  • 1ére journée nationale d’épidémiologie le 17 et 18 juin 1987
  • 1er Symposium national sur les MST SIDA Décembre 1988
  • Journée d’étude sur l’hygiène hospitalière 18 Avril 1989
  • Journée d’étude sur la mortalité maternelle Mars 1990
  • Journée d’études sur la tuberculose Avril 1990
  • 3èmes Journées nationales d’épidémiologies à Annaba juin 1990
  • 1er Congrès Algérien de santé publique Juin 1999
  • VII ème JOURNEES NATIONALES D’ EPIDEMIOLOGIE en 2004
  • IIème congres Maghrébin d’Hygiène Hospitalière en Mai 2009

Contacte: D. Zoughailech

Burkina Faso - Association Burkinabé de Santé Publique

Une expérience, une ambition

Elargir pour mieux agir; tel aurait pu être résumé, le leitmotiv qui a sous-tendu les actions de l’Association Burkinabé de Santé Publique (ABSP) depuis sa création. L’idée de créer une association nationale de santé publique au Burkina Faso, avait germé en Mai 1986, après le Congrès de la Fédération Mondiale des Associations de Santé Publique à Mexico en Avril 1986. Après une gestation de plus de cinq ans, c’est en Décembre 1991 que fut effectivement créée cette association qui comptait comme membres fondateurs des enseignants, des experts en environnement et assainissement, des infirmiers et sages-femmes, des pharmaciens, des médecins, des économistes, des administrateurs, etc. Ils avaient tous pour objectif d’œuvrer à l’accès équitable de tous à des soins de qualité, et espéraient trouver, à travers l’association qu’ils venaient de créer, les moyens d’apporter leurs contributions.

Cependant très vite, l’ABSP fut confrontée à certaines difficultés et défis majeurs à l’image du contexte du pays qui l’abrite: enclavement, insuffisance des ressources, faible taux d’alphabétisation, faible niveau d’organisation des collectivités locales, etc. Des lors, de nouvelles perspectives ont été envisagées, celles d’influencer les politiques de santé au Burkina Faso. Cela a été matérialisé en créant un cadre de concertation plus large à l’image des organisations d’intégration sous-régionales qui commençaient à émerger sur le continent. Trois axes d’interventions ont été optés:

-Se rendre visible et crédible aux yeux des pouvoirs publics et des populations,

-Favoriser la création d’Associations de Santé Publique (ASP) qui se mettraient en réseau pour renforcer leur influence,

-Développer un partenariat technique et scientifique avec les institutions de recherche en santé publique pour mieux influencer les politiques de santé en Afrique.

1.Etre visible et crédible

L’ABSP s’est doté d’un siège avec du personnel permanent, dont un administrateur permanent. Elle dispose d’une adresse physique, postale, de ligne téléphonique et d’adresse électronique. Ses prises de positions face au tabac, lui a permis de canaliser des associations de lutte contre la tabac, et un de ses membres coordonne depuis 2003 l’Union des Associations contre le tabac (UACT) qui, grâce à des actions de plaidoyer et de lobbying, a pu obtenir la ratification de la convention sur le contrôle du tabac, l’adoption d’une Loi et la prise de décrets d’application de ladite Loi. Des formations sont en cours pour outiller les maires des communes qui doivent veiller à l’application des textes.

L’ABSP a appuyé en 2005 la création du Comité d’Initiative contre la Drépanocytose (C.I.D.) qui agit pour une meilleure prise en compte de la drépanocytose dans les politiques de santé.

Elle participe depuis 2009 à des actions de sensibilisation contre les cancers chez la femme initiées par l’Association «KIMI» créée par l’épouse du Président de l’Assemblée Nationale du Burkina.

Elle encadre des séminaires de formations à la demande d’associations de jeunes dans le domaine notamment de lutte contre le SIDA.

L’ABSP est membre fondateur de l’Association pour les Journées des Sciences de Santé de Bobo-Dioulasso (AJSSB). Les JSSB constituent un cadre d’échange entre chercheurs en santé, administrateurs des services de santé et gestions des programmes et services de santé. Elles regroupent tous les deux ans plus de mille participants venus des pays africains, d’Europe et du Canada. A chaque édition l’ABSP décerne un Prix de Santé Publique selon des critères précis.

Un nombre de plus en plus grand d’étudiants du domaine de la santé sollicitent l’ABSP pour choisir des thèmes de santé publique, effectuer des stages sous son encadrement. L’ABSP a ainsi encadré deux étudiants en pharmacie qui ont soutenu leurs thèmes sur des sujets de santé publique; une autre étudiante prépare actuellement sa thèse. L’ABSP a reçu et encadré une étudiante en santé publique du Canada et une étudiante d’une université américaine est en ce moment en stage de 9 mois, encadrée par l’ABSP.

L’ABSP a suscité la création d’un «Think tank» national en santé publique dont la mission principale est d’identifier les problèmes majeurs de santé publique, d’organiser une réflexion là-dessus, d’en tirer des recommandations ainsi que des stratégies de leur mise en œuvre par les pouvoirs publics. Le «Think tank» est composé de jeunes chercheurs en sociologie et anthropologie, en économie de la santé, en épidémiologie et en statistiques et démographie.

2.Stimulation et animation de réseaux d’ASP sur le continent

Il faut avouer que depuis sa création, l’ABSP a bénéficié de circonstances favorables pour développer sa dynamique et répondre aux attentes des membres fondateurs. En effet, grâce aux contacts établis avec l’Association Canadienne de Santé Publique (ACSP), l’ABSP a pu canaliser les réflexions des cadres africains en santé publique, sur les meilleures façons d’influencer les politiques de santé sur le continent. Ainsi, Ouagadougou abrita en 1994 le premier atelier des Associations nationales de Santé Publique (ASP) d’Afrique subsaharienne sur financement de l’ACSP. L’atelier avait regroupé des délégués de plus de 15 pays francophones subsahariens, dont seul la RDC et le Burkina Faso disposaient à l’époque d’ASP. A la suite de l’atelier, le Niger et le Tchad se dotèrent de leurs ASP.

Poursuivant la réflexion les responsables de l’ABSP incitèrent l’ACSP à soutenir la mise en réseau des ASP francophones afin de renforcer celles qui existaient déjà, et de susciter la création de nouvelles. Un deuxième atelier des ASP d’Afrique Subsaharienne fut organisé à Ouagadougou, où fut mis en place le Réseau des Associations de santé publique d’Afrique Francophone (RASPAF) dont la coordination fut confiée à l’ABSP.

La création en Août 2011 de la Fédération Africaine des de Santé Publique (FAASP) est l’une des actions phares à laquelle l’ABSP a contribué et dont elle peut s’enorgueillir.

3.Partenariat technique et scientifique en faveur de la santé publique

Dès 1998, l’ABSP a pu bénéficier de l’appui technique de l’Université de Montréal pour participer à une recherche multi pays sur «l’impact des ajustements macroéconomiques sur la disponibilité, l’accès et l’utilisation des services de santé». Pour renforcer ses capacités à susciter et coordonner des équipes de réflexion sur les questions de santé publique, l’ABSP a contribué à la création d’un réseau de chercheurs en santé publique dénommé réseau «Gouvernance, Equité et Santé» (GES) dont elle a assuré la coordination de 2002 à 2010. Ce réseau financé par le CRDI, comprenait des chercheurs en santé publique du Bénin, du Burkina, de la Côte d’Ivoire, du Mali et du Sénégal. Cette expérience de coordination de chercheurs en santé publique a valu à l’ABSP d’être invité par le CRDI à participer à une réflexion sur les meilleures stratégies possibles pour favoriser l’utilisation des résultats de la recherche pour développer des politiques et des programmes de santé.

L’ABSP a contribué respectivement, à travers le CRDI et l’Organisation Ouest Africaine de la santé (OOAS) à la mise en place:

  • d’un programme d’appui au développement sanitaire des pays de la communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO),
  • d’un programme dont le but est de susciter et d’accompagner des recherches visant à renforcer l’utilisation des résultats de la recherche en santé.

4.Perspectives

Au regard de tout ce qui a été fait et des acquis obtenus jusque-là par l’ABSP, les leçons apprises durant ces longues années d’engagement en faveur de l’amélioration de l’état de santé des populations du Burkina Faso puis de la région Afrique, amènent l’ABSP a formuler les perspectives suivantes:

-La nécessité de toujours s’inspirer des expériences réussies des autres ASP,

-La nécessité de renforcer ses capacités techniques et managériales,

-La nécessité de faire de l’autopromotion pour plus de visibilité au plan national mais aussi niveau régional et international dans le domaine de la santé publique.

Le défi fondamental pour l’ABSP demeure le renforcement de ses capacités en vue d’influencer encore davantage le développement et la mise en œuvre de politiques et programmes de santé au niveau du Burkina. Des initiatives ont été prises dans ce sens (voir plus haut «Think tank») mais elles nécessitent d’être renforcées, consolidées tout en passant à l’échelle au niveau des intervenants communautaires et de la société civile, aussi bien qu’au niveau des décideurs politiques et administratifs.

En rapport avec ce défi, il lui faudra renforcer ses capacités à mobiliser les ressources financières nécessaires pour soutenir les activités du «Think tank» et renforcer son influence tant sur les décideurs que sur les communautés.

Contacte: M. Some

Cameroun - Association Camerounaise de Santé Publique

ACASAP: Devenir la vitrine de la santé publique au Cameroun

L’ACASAP (Association Camerounaise de Santé Publique), créée en 2007 à Yaoundé, s’intègre peu à peu dans la santé publique en particulier et dans la société civile en général au Cameroun. A travers les activités organisées et les fora auxquels elle prend part, l’association entend devenir une force de plaidoyer, de mobilisation sociale, d’action et de veille sanitaire, partenaire privilégié du gouvernement du Cameroun dans le processus de revitalisation des soins de santé primaires.

L’une des stratégies utilisées par l’ACASAP pour faire le plaidoyer et la sensibilisation du public est l’organisation des tables rondes radiodiffusées. C’est ainsi qu’en 2011 deux tables rondes ont été réalisées sur «la problématique de l’épidémie de choléra» et «la décentralisation dans le secteur de la santé au Cameroun: enjeux, défis et perspectives». Il est envisagé de poursuivre cette stratégie avec d’autres préoccupations comme «la promotion de la santé», «la prévention de la santé, la prévention des maladies», «les déterminants de la santé, le droit à la santé, l’équité et la justice sociale»….

Sur le plan évènementiel, l’ACASAP, à travers ses responsables, prend activement part aux séminaires et rencontres internationales. Le coordonateur Président national a pris une part active dans la mise en place de la Fédération Africaine des Associations de Santé Publique. Plusieurs membres ont été présents dans les formations organisées au niveau international (atelier de formation en planification stratégique organisée par «American Public Health Association», atelier de formation en communication et plaidoyer en faveur des association de santé publique, organisé par l’Association Canadienne de Sante Publique…)

COOPERATION

L’un des succès les plus probants de l’ACASAP reste la mise en œuvre du partenariat noué avec l’Association Canadienne de Santé Publique à travers son Programme de Renforcement des associations de Santé Publique (PRASP). Dans le cadre de ce partenariat, ACASAP a été initié et conduit dans la Région du Littoral et plus précisément dans les districts de santé de YABASSI et de la Cité des Palmiers (dans la ville de Douala), un projet de renforcement des compétences communautaires en promotion de la santé.

L’ACASAP entend se positionner davantage dans le système de santé du Cameroun à travers des participations à des appels à manifestation d’intérêt publiés par des organismes nationaux et internationaux. A ce sujet, ACASAP section du Littoral a été sélectionné pour coordonner la composante Plaidoyer, communication et mobilisation sociale dans le district de santé de YABASSI, suite à l’appel lancé par Plan Cameroun dans le cadre du projet «Scalling up Malaria Control for Impact» financé par le Fonds Mondial de lutte contre le SIDA, la Tuberculose et le Paludisme.

PERSPECTIVES

Malgré la culture associative qui manque encore à certains membres, l’ACASAP se positionne progressivement pour devenir la vitrine de la santé publique au Cameroun. Plusieurs activités sont envisagées avec l’appui des pouvoirs publics notamment un «projet pilote de Renforcement des capacités communautaires sur la promotion de la santé, la prévention et la prise en charge des maladies évitables à l’instar du choléra», le lancement d’un observatoire sur l’équité et la réduction des inégalités sociales de santé.

D’autre part, les responsables de l’association se préparent pour prendre part aux grandes rencontres à venir. L’ACASAP, par ailleurs, serait honorée de s’engager dans les projets implémentés par la Fédération Mondiale des Associations de Santé Publique (FMASP) et de la Fédération Africaine des Associations de Santé Publique (FAASP) dont elle est membre.

Contacte: D. Kondji Kondji

Canada - Association canadienne de santé publique

CPHA - Canada's Public Health Leader

La voix non-gouvernementale indépendante et nationale pour la santé pour tous au Canada

Depuis 1910, l’Association Canadienne de Santé Publique (ACSP) joue un rôle important dans l’élaboration de politiques et la promotion de pratiques professionnelles efficaces afin de sauvegarder, promouvoir et améliorer la santé de tous les canadiens et canadiennes.  Elle appuie le réseautage et les occasions de partage de connaissances pour les chercheurs, les décideurs, les éducateurs, les praticiens et les étudiants d’une vaste gamme de disciplines et de secteurs liés à la santé publique en commanditant des événements phares comme notre conférence annuelle et d’autres ateliers et forums scientifiques. Ses membres, d’un bout à l’autre de notre vaste pays, sont sa force et l’ACSP les représente.

L’année 2012 est une année prolifique pour l’ACSP. Elle a publié en janvier deux nouveaux énoncés de politique, un sur le tabagisme au Canada et l’autre sur une démarche de santé publique en ce qui concerne la consommation d’alcool. Ces deux énoncés ont été bien reçus par les autorités et les décideurs d’ici et d’ailleurs, y compris l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS). Le Programme sur le renforcement des associations de santé publique (PRASP), une initiative qui pendant ses 26 ans d’opération a contribué à la création et au renforcement organisationnel des associations de santé publique dans plus de 30 pays et territoires, s’est terminé en février.  De 2006 à 2011 (sa dernière phase quinquennale), le programme a renforcé la capacité de huit ASP partenaires au Cameroun, au Congo, en Haïti, au Malawi, au Mali, au Mozambique, au Nicaragua et au Niger à participer aux dialogues internationaux sur la politique de la santé, à promouvoir le leadership national et international en santé publique et à faciliter les échanges techniques entre praticiens en santé publique au Canada et à l’étranger. En mars, l’ACSP a terminé une autre de ses activités internationales, soit celle avec les associations de santé publique en Ouganda, en Tanzanie et en Afrique du Sud qui vise à promouvoir le développement et la mise en œuvre de politiques de zone de non-fumeurs à l’intérieur des établissements de santé. Faute de financement, le PRASP et le programme international de tabagisme ne peuvent poursuivre leurs activités.

Depuis le commencement de l’année, l’ACSP mène plusieurs programmes de santé publique au Canada; parmi eux, le projet de nouvelles technologies de prévention (NTP) de l’infection au VIH, le programme de sensibilisation et de promotion de la vaccination, et le projet « Santé sur le terrain : Au-delà des soins de santé ». Ce dernier projet examine les activités sur le terrain qui utilisent un volet des déterminants sociaux de la santé.

Au niveau international, l’ACSP continue à diriger l’Initiative canadienne d’immunisation internationale (ICII). Ce projet soutient le déploiement d’équipes d’experts dans des missions de «Stop Transmission of Polio – STOP» (Arrêter la transmission de la polio) dans les pays-cibles. L’ACSP, en association avec l’Association pour la santé publique du Québec, est aussi partenaire avec l’Association burkinabé de santé publique et l’Association nigérienne pour la promotion de la santé publique dans un projet qui vise à créer un réseau électronique sur la santé materno-infantile en Afrique francophone.

En juin, la conférence annuelle de l’ACSP a eu lieu dans l’ouest du pays, à Edmonton, la capitale de l’Alberta. Avec comme thème «La santé publique au Canada: créer et soutenir des environnements sains» environ 1,000 participants ont exploré le rôle de la santé publique dans la création et le maintien de toute une gamme d’environnements sains selon les axes suivants: le milieu bâti, l’économie et développement, la santé de l’écosystème, le leadership et communications, et la culture et société.

Depuis juillet, l’ACSP continue à plaidoyer pour des politiques et des programmes qui ont un impact positif sur la santé. L’Association a critiqué le politique du gouvernement fédéral en ce qui concerne l’accès aux soins de santé pour les refugiés au Canada. D’autre part, l’ACSP a été très satisfaite quand le gouvernement fédéral a décidé de modifier sa politique en ce qui concerne l’exportation de l’amiante du Canada, puisque qu’elle demandait des changements à cet égard depuis quelques années déjà. En septembre, l’ACSP a créé un groupe de travail chargé de la préparation d’un nouvel énoncé de politique sur la santé et l’environnement. Ce mois-ci, l’ACSP établit un groupe de travail pour élaborer un nouvel énoncé de politique sur les approches axées sur la santé publique à l’égard des substances psychotropes illégales.

Donc, une année très productive. Et l’année qui s’en vient promet de l’être tout autant!

Cliquez ici pour lire le rapport annuel.

Contacte: J. Chauvin

Haïti - Association de Santé Publique d’Haïti (ASPHA)

tl_files/images/Newsletter 2012/December-FrencEdition/LogoHaiti.png

Déjà un an depuis qu’un nouveau comité exécutif et de nouveaux comités de coordination d’activités ont accédé à la Direction de l’Association de Santé Publique d’Haïti (ASPHA). Notre intention en ce moment n’est ni de faire le bilan des activités réalisées par ces nouveaux élus, ni d’évaluer la performance des différents comités, mais plutôt de vous informer. Car la volonté qui prévaut et qui a toujours prévalu au sein de l’association est de raffermir les liens entre les membres afin qu'ensemble nous puissions maintenir l’association dans la ligne de son objectif: contribuer à l’amélioration de la santé du peuple haïtie.

Durant ces deux ou trois dernières années le secteur santé a eu à faire face à des problèmes qui ont affecté ses infrastructures et influencé son mode de fonctionnement: la destruction de plusieurs institutions sanitaires, la lenteur de la reconstruction des hôpitaux privés et publics, plus particulièrement l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti, la gestion du choléra, le manque de coordination dans les interventions des ONG, les mouvements intempestifs du personnel, etc. Tout cela constitue des sujets de préoccupation pour les membres de l’association.

Suite à l’élection du nouveau comité Exécutif le 23 Octobre 2011, un plan opérationnel 2011 – 2013 a été élaboré et présenté aux membres à l’occasion de l’Assemblée Extraordinaire du 25 mars 2012. Les objectifs de ce plan visent à: 1) Positionner l’association comme un partenaire obligé dans toutes les activités relatives au domaine de la santé publique, 2) Renforcer la visibilité de l’association, 3) Créer un cadre convivial au sein de l’association.

Ainsi, diverses activités relatives au plan opérationnel ont été réalisées.

  • 5 comités ont été formés dont la coordination devra être assurée par un conseiller élu (Comité scientifique, Comite Recrutement de nouveaux membres, Comite Rédaction du Bulletin, Comité Relations Publiques, Comité Loisirs),
  • Participation de l’ASPHA dans l’évaluation du projet PARC dans le cadre du DESS et de la Maîtrise des Sciences de la Santé. Il a été discuté de la performance des diplômés du DESS, de l’implication de la ASPHA dans le renforcement des capacités, la formation continue et de la possibilité de coopération de la ASPHA avec des organismes de formation et bailleurs dans la formation des cadres,
  • Finalisation de l’enquête sur « les déterminants de l’abandon de la vaccination chez les enfants de 1 à 5 ans dans le département sanitaire des Nippes ». L’objectif principal de cette enquête subventionnée par le CRDI (Centre de Recherche pour le Développement International) était de documenter les causes de l’abandon de la vaccination afin de formuler des stratégies permettant de mieux atteindre les groupes cibles et de maintenir les cohortes dans le processus de vaccination.  Deux études l’une quantitative et l’autre qualitative ont été réalisées dans 2 communes du département sanitaire des Nippes auprès d’une population totale de 240 ménages et 308 enfants âgés de 1 à 5 ans.  Pour lire l’enquête, cliquer ici,
  • Soumission du document final de la «Journée de réflexion sur la problématique du choléra en Haïti»,
  • Commémoration du 32e anniversaire de l’ASPHA. A l’occasion du 32e anniversaire de l’Association, une conférence de presse a été réalisée le 29 Août suivie le lendemain d’un cocktail à l’hôtel Le Plaza. Le Ministère de la Santé avait rehaussé de sa présence cet anniversaire,
  • Réalisation d’une page facebook. ASPHA se modernise avec une page sur facebook www.facebook.com/AssociationDeSantePubliqueDHaiti.

Pour plus d'information, lisez le dernier bullettin de l' ASPHA.

tl_files/images/Newsletter 2012/December-FrencEdition/Haiti32.png

tl_files/images/Newsletter 2012/December-FrencEdition/HaitiLeandre.png

tl_files/images/Newsletter 2012/December-FrencEdition/Hiti_32.png

Photos du 32e anniversaire de l’Association.

Contact: M. Leandre

Mauritanie - Association Mauritanienne de Santé Publique

tl_files/images/Newsletter 2012/December-FrencEdition/logo_Mauritania.jpg

Une association relativement jeune

L’Association Mauritanienne de Santé Publique (AMSP) a été fondée lors d’une assemblée générale constitutive tenue le 7 mars 2009 à Nouakchott, Mauritanie. Elle a été reconnue officiellement par les pouvoirs publics le 29 juillet de la même année.

Comme indiqué dans le préambule de ses statuts, l’AMSP se définit comme «une association bénévole nationale, indépendante et sans but lucratif, œuvrant à la promotion de la santé publique en Mauritanie, et entretenant des liens étroits avec la communauté de santé publique nationale et internationale».

Elle s’est fixé pour mission de « promouvoir l’amélioration et la préservation de la santé individuelle et communautaire, conformément aux principes de santé publique en matière (i) de prévention de la maladie, (ii) d’accès universel et équitable aux soins de qualité, (iii) de promotion et de protection de la santé, et (iv) de politique publique favorisant la santé. Dans ce cadre, l’AMSP servira de conseiller aux décideurs et acteurs nationaux en matière de santé publique.

Elle compte entre autres des médecins, des techniciens supérieurs, des enseignants, de sages femmes, des infirmiers, des économistes, des gestionnaires, et des communicateurs compétents et actifs dans le domaine de la santé publique.

Depuis sa création elle a tenu trois assemblées générales respectivement en novembre 2010, octobre 2011 et novembre 2012.

Principales activités

1.Colloque sur la santé publique en Mauritanie:

Au cours de ce colloque, tenu en Novembre 2010 les participants, dont trois anciens ministres de la santé, ainsi que les représentants du bureau du Premier Ministre et de trois agences des nations Unies (OMS, UNICEF, UNFPA) se sont penchés sur les thèmes suivants:

  • Les politiques de santé en Mauritanie et leur mise en œuvre
  • Les Associations Nationales de Santé Publique et leur rôle dans le développement sanitaire et,
  • La réduction de la mortalité maternelle en Mauritanie en tant qu’objectif du Millénaire pour le Développement.

Sur ces différents thèmes des recommandations ont été faites et le rapport du colloque a été transmis au Ministère de la Santé.

2.Stratégie Communautaire en Santé (SCS)

En collaboration avec le Ministère de la santé et l’UNICEF, l’AMSP a coordonné en 2011 l’élaboration d’un Document National de Stratégie Communautaire en Santé (enquête auprès des acteurs, revue de la littérature, proposition de stratégie, atelier de validation). Elle est actuellement engagée dans l’appui à la mise en œuvre de cette stratégie dans deux régions du pays.

3.Réalisation d’une enquête CAP sur la vaccination

Cette enquête vise à identifier les principaux facteurs qui limitent l’utilisation des services de vaccination et à faire des recommandations pour les surmonter. Elle a été confiée à l’AMSP par le Ministère de la santé et l’UNICEF et doit commencer au cours du mois de décembre 2012.

4.Etude sur la pratique sage-femme

Il s’agit d’une étude mondiale couvrant entre autres la Mauritanie et d’autres pays africains. En Mauritanie, elle est réalisée par l’AMSP en collaboration avec le Ministère de la santé et l’UNFPA.

La première étape a consisté en une revue de la littérature disponible sur la pratique des soins sages-femmes en Mauritanie. Elle est sur le point de s’achever.

La deuxième étape portera sur des études complémentaires et sur des recommandations pour améliorer la pratique des soins sages-femmes en Mauritanie.

5.Contribution aux activités nationales

A la demande des autorités nationales et des partenaires, l’AMSP participe régulièrement aux activités de santé publique telles que:

  • L’élaboration des politiques, plans et stratégies telles que le Cadre d’Assistance des Nations Unies pour le développement, le Plan National de Développement Sanitaire, la Médecine Traditionnelle, la Promotion de la Santé, le Médicament, la santé mentale, la Lutte contre le Tabac, le Paludisme, le SIDA, les Maladie Tropicales négligées, la Mortalité Maternelle,  la surveillance épidémiologique. Elle est à ce titre membre des comités et commissions nationales chargées du suivi de ces questions.
  • Les activités de plaidoyer et d’information du public sur la vaccination, la médecine traditionnelle, la lutte contre le Tabac.

Partenariats

L’AMSP entretient des relations de collaboration étroite avec le Ministère de la Santé, et les agences des Nations Unies (UNFPA, OMS, UNICEF). Ces dernières ont appuyé financièrement le Colloque et les Assemblées générales de l’Association.

Elle est membre du réseau des ONG en appui à la Vaccination dont elle préside le conseil d’administration.

Elle est membre fondateur de la Fédération Africaine des Associations de Santé Publique et a été admise comme membre à part entière par la Fédération Mondiale des Associations de Santé Publique lors sa 46e Assemblée Générale (Addis-Abeba le 25/04/2012).

Elle également membre du réseau de santé mentale de la Communauté Urbaine de Nouakchott.

Un chantier continu…

En dépit des réalisations mentionnées ci-dessus, l’Association fait face à des difficultés qui doivent impérativement être surmontées afin que sa viabilité et sa pérennité soient assurées.

Parmi celles-ci on peut noter: le fait que seule une minorité de membres contribue de manière significative aux activités, le niveau de recouvrement des cotisations limité et la faible représentation en dehors de la capitale. Lors de sa dernière Assemblée Générale, tenue en novembre 2012, elle a mis en place une commission chargée de faire des recommandations pour améliorer ses performances et mieux assurer sa pérennité.

L’Association Mauritanienne de Santé Publique est effectivement en place et contribue désormais aux activités des santé publique du pays. Il s’agit maintenant de consolider les acquis et de surmonter les faiblesses, tel est le grand défi auquel elle est désormais confrontée.

Pour lire le communiqué de presse sur la dernière assemblée générale de l'AMSP, cliquez ici.

Contact: M.M. Hachen

Sénégal - Association Sénégalaise des Professionnels de Santé Publique

A propos de l’Association Sénégalaise des Professionnels de Santé Publique (ASPSP)

L’ASPSP a obtenu son récépissé le 17 février 1999. Au Sénégal, elle est la seule association regroupant en son sein tous les professionnels de santé publique, toutes compétences confondues. Il est clairement stipulé dans ses statuts que l’ASPSP est ouverte à tous ceux qui, de près ou de loin, sont impliqués dans les actions de Santé Publique: médecins, pharmaciens, dentistes, infirmiers, sages femmes, sociologues, anthropologues, environnementalistes, économistes, planificateurs, etc.

L’ASPSP a pour mission de promouvoir la Santé Publique au Sénégal et dans la sous région africaine, à travers des activités de recherche, de formation et d’interventions sur le terrain, dans une perspective transdisciplinaire et multisectorielle. L’ASPSP se veut un creuset d’échanges et de concertation pour promouvoir la Santé Publique au Sénégal et dans la sous-région, par l’appui technique et l’assistance nécessaire à l’identification et la résolution des problèmes de santé, d’impulser la recherche et le renforcement de capacité de ses membres.

En 2010, l’ASPSP a été acceptée en qualité de membre à part entière de la Fédération Mondiale des Associations de Santé Publique (FMASP).

Depuis sa création, l’ASPSP est associée à toutes les activités du Ministère ayanten charge la Santé et déroule des activités propres. Les activités les plus marquantes sont décrites ci-dessous.

Premières journées de Santé Publique du Sénégal

La tenue des premières journées de Santé Publique, du 16 au 18 Avril 2009 à Dakar, a permis de restructurer et de relancer l’association. L’ASPSP est dirigée par un Conseil d’Administration (CA) de 12 membres. Le bureau du CA est formé de 6 membres. Le CA s’est réuni à plusieurs reprises pour mettre en place cinq commissions ouvertes à tous les membres.

Deux cent cinquante (250) participants avaient pris part à ces journées, provenant de 16 pays et 3 continents (Afrique, Amérique et Europe).

Cinquante deux (52) communications avaient été présentées. Un comité spécial était chargé de désigner les meilleures communications orales, libres et affichées qui ont ensuite été primées.

Autres activités

Par le biais de sa présidente, l’ASPSP a participé aux différentes rencontres internationales et notamment:

-En 2009, le 10ème Congrès de la Fédération Mondiale des Associations de Santé Publique à Istanbul en Turquie ;

-Au Sénégal, aux différents forums de la santé (2010, 2011, et 2012) organisés par le Ministère chargé de la Santé (l’ASPSP a été invitée d’honneur [du forum de 2010);

-En 2010 à Yamoussoukro en Cote d’Ivoire, lors d’une réunion de l’OMS Afro, l’ASPSP est membre fondateur de la Fédération Africaine des Associations de Santé Publique (FAASP);

-En 2011, à Pretoria en Afrique du Sud, lors de la Conférence sur les ressources humaines en santé;

-En 2012 à Addis-Abeba en Ethiopie lors du 13ème Congrès Mondial de la Fédération Mondiale de Associations de Santé Publique (FMASP);

-Du 9 au 12 octobre 2012, l’ASPSP a représenté la FMASP à la réunion régionale africaine sur la mise en œuvre de la Convention Cadre de l’OMS pour la lutte antitabac à Dakar.

tl_files/images/Newsletter 2012/November/La WFPHA a la Convention cadre.jpg

tl_files/images/Newsletter 2012/November/Pr A TAL DIA representant la WFPHA a la reunion de la Convention cadre antitabac.jpg

Pr A TAL DIA représentant la WFPHA à la réunion de la Convention cadre antitabac.

Perspectives

Du 22 au 24 avril 2013l’ASPSP envisage d’organiser les deuxièmes journées de Santé Publique à Dakar au Sénégal.

Du 25 au 27 septembre 2013, l’ASPSP compte participer au 1er congrès de la FAASP prévu à Cap-Town en Afrique du Sud.

Contacte: A. Tal Dia

Suisse - Santé Publique Suisse

Santé Publique Suisse fête ses 40 ans cette année. En tant qu’organisation regroupant 650 membres individuels et 120 membres collectifs, elle encourage les échanges interdisciplinaires entre les personnes et les organisations actives dans les domaines de la santé publique.
Chaque année Santé Publique Suisse organise la «Swiss Public Health Conference», une conférence qui attire des centaines de participants. Cette plateforme suisse présente des sujets d’actualité de la santé publique et reflète les avancées de la recherche du même domaine. Elle permet l’interconnexion entre la science, la pratique et la politique et cultive la collaboration entre universités, écoles supérieures spécialisées et des professionnels. Des Keynote-Speakers internationaux présentent conjointement avec des experts nationaux des conclusions actuelles de la science et de la pratique et invitent à débattre autour des thématiques. Ces dernières années des thèmes tels que la santé psychique, les maladies chroniques ou la réorganisation du système de santé ont été au centre des discussions.

tl_files/images/Newsletter 2012/December-FrencEdition/SPH_Conference12 2.jpg

tl_files/images/Newsletter 2012/December-FrencEdition/SPH_Conference12.jpg

"Swiss Public Health Conference" 2012

Divers groupes spécialisés génèrent dans l’association de hautes compétences et un savoir-faire actuel. En ce moment il existe des groupes spécialisés liés aux thèmes spécifiques suivants: nutrition, promotion de la santé, global health, épidémiologie et santé mentale. Les membres des groupes spécialisés exploitent les synergies relatives aux thèmes spécifiques afin d’élaborer des documents de position et des documents de base destinés aux acteurs nationaux et locaux.
Santé Publique Suisse est également active sur le plan politique et s’engage pour la reconnaissance et la consolidation de la santé publique au niveau national. Selon le principe «Health in All Policies» l’association soutient toutes les demandes importantes pour la santé publique. L’engagement huit ans consécutifs pour une loi en faveur de la prévention de la santé en est un bon exemple, même si cette proposition a été un échec au parlement.
Au niveau international il existe d’une part un contact étroit avec la Fédération mondiale des associations de santé publique, qui a son siège à Genève et d’autre part Santé Publique Suisse est membre actif dans l’organisation «European Public Health Association». Comme couronnement Santé Publique Suisse a organisé la célèbre conférence «Politics, Policies and/or the Public’s Health» à Montreux pour l’EUPHA en 2006.
Finalement Santé Publique Suisse publie quatre fois par année un newsletter destiné à ses membres et à d’autres intéressés. Dans cette publication sont présentées entre autres des projets de la santé publique, qui sont d’intérêt commun et qui trouvent preneur dans la diffusion.

Contacte: U. Zybach

Suisse - Institut de hautes études internationales et du développement de Genève

Programme de la santé globale: une innovation de l’Institut de hautes études internationales et du développement de Genève

La diplomatie est soumise à de nombreux changements au début du 21ème siècle et la santé globale est l'un des domaines où ces derniers sont les plus apparents. Les négociations qui façonnent et gèrent l'environnement politique de la santé sont de plus en plus menées non seulement par les représentant des ministères de la santé des États-membres mais aussi de nombreux autres acteurs au niveau national et dans l'arène mondiale. Créé en 2008, le Programme de la santé globale, membre de soutien de la Fédération mondiale des associations de santé publique, reflète une large tendance à la fois dans la pratique et l'analyse de la santé globale qui accorde une attention croissante aux liens entre la santé, la politique étrangère, le commerce et le développement.

Le Programme est composé de deux piliers complémentaires. Le pilier de recherche appliquée examine quelles sont les caractéristiques, instruments et mécanismes qui définissent la bonne gouvernance de et pour la santé globale. Par exemple, le Programme a réalisé une recherche commissionnée par le Bureau régional de l’Europe de l’Organisation mondiale de la Santé intitulée «La gouvernance pour la santé au 21ème siècle» ayant pour objectif de soutenir la nouvelle politique européenne en matière de santé «Santé 2020». De plus, il organise régulièrement des évènements publics à Genève offrant une plateforme de dialogue entre les différents acteurs de la santé globale tels que le Symposium de haut niveau sur la diplomatie de la santé globale organisé en 2011: «10 ans après la Déclaration de Doha -  le futur agenda à l'interface de la santé publique, de l'innovation et du commerce, un regard sur les dix prochaines années» ou encore plus récemment le «Séminaire sur le renforcement du système Recherche-Développement global: une innovation pour les besoins sanitaires dans les pays en développement».

Le second pilier s’engage dans le renforcement des capacités des principaux intervenants dans le domaine de la santé globale. Aujourd’hui, plus de 700 représentants gouvernementaux et professionnels de la santé ont bénéficié de cours sur la diplomatie de la santé globale en présentiel et en ligne. Ces activités, conduites en langue anglaise, ont démontré l’importance de former les acteurs impliqués ainsi que le besoin de développer un curriculum en langue française. Un premier cours exécutif en langue française est prévu pour 2013 à Genève.

Pour de plus amples informations sur les activités du Programme de santé globale, cliquez ici (uniquement disponible en langue anglaise).

tl_files/images/Newsletter 2012/December-FrencEdition/GI1.jpg

La gouvernance pour la santé au 21ème siècle par Prof. Dr. Ilona Kickbusch et David Gleicher

tl_files/images/Newsletter 2012/December-FrencEdition/GI2.png

Cinquième symposium de haut niveau sur la diplomatie de la santé globale : «10 ans après la Déclaration de Doha - le futur agenda à l'interface de la santé publique, de l'innovation et du commerce, un regard sur les dix prochaines années», novembre 2011, Genève

tl_files/images/Newsletter 2012/December-FrencEdition/GI3.jpg

«Séminaire public sur le renforcement du système Recherche-Développement global:
une innovation pour les besoins sanitaires dans les pays en développement», mai 2012, Genève

tl_files/images/Newsletter 2012/December-FrencEdition/GI4.jpg

Discussion entre un intervenant et des participants pendant un exercice - Cours exécutif sur la diplomatie de la santé, juin 2012, Genève

Contacte: I. Kickbusch

5. Communication aux Membres

1er congrès de la FAASP

Du 25 au 27 septembre 2013, prévu à Cap-Town en Afrique du Sud. Plus d'information vont suivre sur notre site web ainsi que sur notre page FaceBook.

Logo et slogan en français

Le conseil exécutif a approuvé les nouveaux logos et slogans pour ses membres ainsi qu’une politique pour leur utilisation. Ces logos et slogans sont aussi disponibles en français.

Les Membres en règle peuvent requérir le logo et slogan ainsi que la politique correspondante à leur statut de membre à media@wfpha.org.

-----

Nous vous souhaitons d'agréables fêtes de fin d'année et

beaucoup de santé et de bonheur pour la nouvelle année!